Archives de catégorie : Manifestations scientifiques

Territorialiser les espaces modernes, Europe-Outremer, XVe-XIXe siècle – Première session

Cette rencontre propose une réflexion collective sur les actions, les projets, les figurations et les imaginaires visant à la construction des territoires. Ce phénomène est trop volontiers envisagé comme un simple cadre explicatif ou un élément d’explication globale se suffisant à lui-même. Au contraire, la réalité de ce qu’est le territoire doit être comprise dans un contexte spécifique : celui de l’expansion européenne entre les xve et xixe siècles. On peut le définir le territoire en tant qu’espace qu’un groupe humain s’approprie tout à la fois sur le plan politique et judiciaire, économique et religieux. Il constitue aussi un lieu de construction identitaire et communautaire, dans lequel une histoire commune se fonde notamment sur les pratiques religieuses et la croyance en un destin providentiel partagé. Il est enfin, à l’époque moderne, l’objet d’une institutionnalisation et l’enjeu d’un pouvoir éminent.

Continuer la lecture de Territorialiser les espaces modernes, Europe-Outremer, XVe-XIXe siècle – Première session

Or, Trésor, dette – Les valeurs dans l’Espagne des XVI et XVII siècles

HÉLÈNE TROPÉ (ÉD.)
Avec le concours de Philippe Rabaté et de Pierre Civil

Croisant perspectives historiques et représentations littéraires et icono-graphiques, le Centre de Recherche sur l’Espagne des XVIe et XVIIe siècles (CRES-LECEMO-EA 3979) présente ici les résultats de recherches menées de 2011 à 2015 autour du thème « Or, trésor, dette. Les valeurs dans l’Espagne des XVIe et XVIIe siècles ». Ces thèmes sont abordés du point de vue historique, social et religieux : libéralité royale, faux-monnayage, richesse et pauvreté. Continuer la lecture de Or, Trésor, dette – Les valeurs dans l’Espagne des XVI et XVII siècles

Le Mépris de la cour L’inspiration anti-aulique en Europe (XVIe – XVIIe siècles)

La publication de l’ouvrage d’Antonio de Guevara, Le mespris de la cour et l’éloge de la vie rustique (Libro LLamado Menosprecio de corte y alabanza de aldea, 1539) puis sa traduction en France (1542) a cristallisé un thème déjà très vivant dans la littérature antique puis médiévale, celui de la satire du milieu urbain et plus spécifiquement des sphères du pouvoir et de la cour, conjuguée à l’éloge d’une vie simple, « médiocre » et rustique. Continuer la lecture de Le Mépris de la cour L’inspiration anti-aulique en Europe (XVIe – XVIIe siècles)