Mise en scène du pouvoir et efficacité gouvernementale dans les écrits de l’action politique

L’intervention a été menée par Sylvain André, maître de conférence à l’université Paris Sorbonne, spécialiste des pratiques administratives de la monarchie hispanique (notamment des juntas sous le règne de Philippe II). Dans ses travaux, Sylvain André a été amené à étudier, parmi d’autres sources, les billets (c’est-à-dire toute la production écrite informelle, principalement échangée entre le roi et ses secrétaires, ou entre ces derniers). Cette source informelle s’avère très éclairante sur les hommes qui en sont à l’origine ainsi que sur les coulisses du pouvoir et des pratiques gouvernementales.

Dans la première partie de son intervention, Sylvain André a mis en avant que cette source des billets permet de saisir le fait que les secrétaires royaux, qui rédigent bon nombre de ces billets, « travaillent à l’image du roi » et se représentent en tant que tel. A l’image du très bureaucrate Philippe II d’Espagne, les secrétaires royaux passent en effet la plupart de leur temps de travail attablés à leur bureau. Une véritable proximité est de mise entre le roi et ses secrétaires, ce qui est illustrée par la figure du secrétaire Matteo Vazquez.

Véritable bras droit de Philippe II, celui ci partage largement les difficultés que rencontre le roi dans l’exercice du pouvoir : pression de la Cour, des requérants, complexité du système polysynodique, etc.. CE qui explique la véritable proximité, voire l’ « identification » qui transparaît dans les billets.

Par la suite, Sylvain André montre que les billets permettent de déceler un véritable pouvoir « d’entendre et de dire » que posséderaient les secrétaires royaux. Cet état de fait est à nouveau illustré par le cas de Matteo Vazquez. Quand une information ne pouvait être transmise par écrit au roi, c’est en effet vers lui qu’il fallait se tourner, oralement, et le roi lui déléguait fréquemment le soin de régler l’affaire en question, oralement. Dans le cadre d’un gouvernement de plus en plus bureaucratique, le secrétaire devient ici un véritable intermédiaire pour l’accès oral au roi, et par là un personnage au courant de toutes les grandes affaires de l’État.

L’analyse des billets permet également de percevoir les stratégies déployées pour mettre en scène le secret, souvent nécessaire, à l’action gouvernementale. L’étude de ces billets illustre le recours au secret : on y découvre, par exemple, que l’information révélant la violation du secret des délibérations par les Cortès de Burgos en 1588 n’était « officiellement » pas parvenue au roi, afin de ne pas totalement menacer les chances de parvenir à un compromis. Le secret est donc ici mis en scène au service de l’efficacité politique. Enfin, l’étude des billets confirme l’existence de rivalités et de rapports de force qui étaient à l’œuvre au sein même du cercle dirigeant. Conflits et rivalités étaient en effet monnaie courante au sein d’un système polysynodique espagnol dans lequel chacun cherchait à assurer sa promotion. Le trait le plus marquant ressortant de l’étude de ces billets reste toutefois qu’ils mettaient en avant de façon très claire qu’à côté de la théorie des institutions, des hommes ne bénéficiant que de la simple confiance royale, jouissaient d’un très important, et très autonome, pouvoir.

Jules Hébert
(Master 1 histoire)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.