El caballo, la sirena y el Atlante. Tres imágenes para la historia del virreinato español de Nápoles

L’intervention a été menée par Ida Mauro, conférencière et chercheuse en Histoire à l’Université de Barcelone. Elle s’est spécialisée dans l’histoire moderne, plus précisément dans l’histoire de Naples au XVIIe siècle, et a fait sa thèse sur les festivités publiques dans la vice-royauté du Royaume de Naples sous la monarchie Espagnole. Ce séminaire est centré sur la représentation artistique des relations entre ces deux entités – napolitaine et espagnole – à travers trois grands exemples de peintures, chacune possédant son propre message symbolique. La mythologie gréco-romaine est très importante à Naples, et les métaphores que construisent les Napolitains viennent souvent de l’histoire antique.

Le premier genre de peinture se base sur « el mito de Bucefalo », c’est-à-dire le mythe du domptage de Bucéphale, un cheval très rétif, par Alexandre le Grand. Ceci est utilisé comme métaphore, Naples étant Bucéphale et le vice-roi espagnol de Naples étant Alexandre. On voit ainsi souvent les vice-rois représentés de cette manière dans des portraits équestres, Francisco Benavides, comte de Santisteban (vice-roi de 1687-1696) en est un bon exemple. Cette métaphore montre à la fois l’esprit rebelle du royaume de Naples envers l’Espagne, mais aussi les efforts répressifs déployés par la monarchie espagnole à son encontre

Le deuxième genre de peinture se base sur l’histoire d’Ulysse et des sirènes. Ceci est encore une métaphore qui met en scène les rapports entre la population napolitaine et son vice-roi. Naples est représenté par les sirènes (cf. Parthénope) et le vice-roi par Ulysse. Dans la légende, Ulysse doit se boucher les oreilles pour résister aux tentations et à la sublime voix des sirènes. La métaphore symbolise ici le manque de respect et d’attention du vice-roi envers le Royaume de Naples, celui ci ne voulant pas être séduit par la richesse et la splendeur de la grande ville de Naples malgré la tentation.

Enfin le troisième genre de peinture est basé sur le onzième des douze travaux d’Hercule, qui doit ramener des pommes d’or du jardin d’Atlas. Atlas est un titan qui, dans la mythologie grecque, doit porter le monde sur ses épaules pour l’éternité. Hercule conclut donc un accord avec Atlas : en échange de ses pommes d’or, Hercule doit supporter le monde à sa place pendant qu’il les cherche. Quand Atlas revient il refuse de reprendre le poids du monde. Toutefois, Hercule réussit à le convaincre pour quelques instants, le temps qu’il affermisse sa prise. Dès que le monde est à nouveau sur le dos d’Atlas, Hercule saisit les pommes et s’enfuit. Tout cela symbolise le sentiment de la population de Naples qu’elle soutient de tous ses efforts la monarchie Espagnole. Or, la ville de Naples est en effet une des plus grandes et des plus riches cités de toute l’Europe, et c’est l’Espagne en tire profit. Dans cette métaphore, le roi Espagnol est Hercule et le Royaume de Naples se voit associé à Atlas qui porte le fardeau des royaumes espagnols sur son dos.

Ce séminaire montre donc, par une étude iconographique, les rapports qu’entretiennent les Napolitains et la vice-royauté espagnole de Naples au XVIIe siècle. A travers la mythologie gréco-romaine, qui est toujours très importante dans la culture napolitaine, les artistes de l’époque exprimaient ainsi leurs ressentiments quant à la négligence, voire l’exploitation, et parfois des sentiments de rébellion,  envers la monarchie espagnole

Callum Keogh
(Master 1 histoire)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.