De storia universale a « crÓnica imperial ». Le traduzioni spagnole delle Historiae di Paolo Giovio nel Cinquecento

Compte-rendu de l’intervention de Elena Valeri (Università La Sapienza Roma) le 29 novembre 2018


Paulo Giovo, Cristofano dell’Altissimo via Wikimedia – Domaine public

Elena Valeri est professeure en histoire moderne à l’Université La Sapienza de Rome depuis décembre 2010. Ses travaux de recherches portent spécialement sur l’histoire de la politique et l’historiographie des guerres d’Italie de la première modernité, à savoir la Renaissance italienne. En parallèle de ses activités de recherches et d’enseignement, elle est depuis 2016, membre du Conseil d’administration de la Société Italienne d’Histoire des Temps modernes (SISEM) à laquelle elle appartient depuis 2004. Grâce à sa thèse « Italia dilacerata ». Girolamo Borgia nella cultura storica del Rinascimento, éditée en 2007, elle est docteure de la faculté de lettres et philosophie de l’université La Sapienza de Rome et se voit récompensée pour sa monographie, du prix Sapienza Research Award, catégorie des moins de 40 ans en 2011. A la suite de son doctorat, elle devient en 2003 maître de conférences invitée à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS) à Paris puis intègre la même année le centre d’études sur l’histoire et la littérature religieuses de Turin.

La thématique abordée durant ce séminaire tourne autour de l’œuvre de Paul Jove (Côme, 1493 – Florence, 1552), un ecclésiastique et historien italien de la Renaissance, auteur des chroniques Historia sui temporis ab anno 1494 ad annum 1547. Auteur très controversé, Paul Jove a été tour à tour plébiscité puis critiqué par ses contemporains, estimé puis oublié. Son œuvre toutefois, a permis la diffusion de l’humanisme en Europe depuis le XVIe siècle. L’intervention d’Elena Valeri a eu pour ambition de refléter, à travers le portrait de cet homme, les évolutions et les changements d’orientation des systèmes politiques de la péninsule italienne de la fin du XVe puis tout au long du XVIe siècle, et la manière dont les empereurs successifs ont pu s’approprier une œuvre pour la mettre au service de leurs aspirations. Malgré la célèbre traduction espagnole de Paul Jove qui lui vaut ses heures de gloire, Elena Valeri s’interroge alors sur ce qui a pu faire sombrer Paul Jove dans l’oubli et laisse planer l’idée que la tradition de la propagande politique a pu jouer un rôle quant à la postérité de l’auteur.

 Au cours du XVIe siècle, les auteurs classiques tels que Tite-Live et Thucydide, font l’objet de traductions du grec ou du latin vers le français, l’italien, l’espagnol… en réponse à une forte demande d’un nouveau public sur le marché littéraire. Ainsi, la traduction des œuvres d’histoire contemporaine devient également un enjeu pour les éditeurs. Les chroniques sur les Guerres d’Italie de Paul Jove s’inscrivent dans ce courant qui s’accompagne d’un tout nouvel engouement pour les traités d’humanisme en Italie dans la seconde moitié de XVe siècle, en Europe. Durant cette période, les traductions qui permettent de redécouvrir des auteurs antiques et classiques rencontrent un réel succès. Ainsi, au début du XVIe siècle, un grand intérêt est porté aux ouvrages d’histoire politique, notamment ceux de Machiavel. Pourtant, malgré ce contexte propice à la rencontre des grands esprits et des mondes, la péninsule italienne participe à des guerres où la France et l’Espagne s’opposent, ce qui modifient les relations diplomatiques.

Historia sui temporis ab anno 1494 ad annum 1547 retrace initialement les origines des Guerres d’Italie jusqu’à la victoire de Charles Quint à la bataille de Mühlberg en 1547. Autour de cette histoire plusieurs fois traduite, Elena Valeri a choisi de centrer son intervention sur la version espagnole car elle reflète la volonté politique de l’empereur d’asseoir ses prétentions politiques européennes grâce au récit de son règne. Ainsi, on retrouve de nombreuses éditions à l’échelle européenne de cet ouvrage. C’est par la comparaison des éditions des XVIe et XVIIe siècles qu’elle est parvenue à relever les adaptations et modifications apportées au récit initial afin de mettre en évidence les diverses interprétations politiques de cette œuvre. À l’origine récit biographique du règne de Charles Quint, la deuxième édition de Salamanque, dédiée à Francisco Deriado, secrétaire royal du conseil et des finances de Philippe II, appuie la volonté qu’a ce dernier de donner à l’Espagne un rôle d’hégémonie sur le continent. L’éditeur modifie alors la chronologie de l’œuvre et y inclut le récit de la prise de Grenade en 1492, dont l’œuvre fait l’objet de louanges. Seulement, de vives critiques vont être prononcées à l’encontre de Paul Jove dans un contexte anti-espagnol dès la fin du XVIe et tout au long du XVIIe siècle. En France, en Angleterre et même en Espagne, l’homme est alors considéré comme un ennemi. Cette polémique s’enracine dans L’Anti-Giovio de Quesada paru en 1569, réfutant ses travaux en se basant sur les éditions les plus récentes. Historia sui temporis sombre, tout comme son auteur, dans un discrédit et un oubli total au siècle suivant, victime d’une situation politique nouvelle de l’Espagne.

Elena Valeri se pose alors la question de l’interprétation de l’œuvre de Jove au fil du temps. Et de quelle œuvre ? L’originale ou les éditions et les traductions plus ou moins spontanées qui ont suivis, et dont le texte a été laissé à la libre interprétation de l’éditeur ? En réalité, les critiques et polémiques qui sont nées de ces chroniques portent sur les versions les plus récentes, plus ou moins fidèles au message porté par Jove. Son œuvre aura fait l’objet d’une appropriation par le pouvoir royal et les opposants politiques s’éloignant de la pensée première de l’auteur. Paul Jove serait donc un humaniste dont le nom s’est perdu à travers l’évolution des dynamiques politiques.

Alexandre Burban (M.1 histoire)
Léandre Carcel (M.1 histoire)
Gaël Legros (M1 histoire)
Valentine Poirier (M2 histoire)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.