Écrire en diplomatie : l’agent général de France à Madrid et le monde hispanique (1702-1793)

Compte-rendu de l’intervention de Sylvain LLORET (Université de Caen Normandie) le 28 septembre 2018

Durant ce séminaire, nous avons pu entendre l’analyse d’une fonction peu connue, mais néanmoins majeure dans la diplomatie franco-espagnole au XVIIIe siècle, celle de l’agent général  de la Marine et du Commerce de France à Madrid. Créé en 1702, cet agent hybride, officieux, ni consul ni diplomate, était chargé de coordonner un réseau français d’information marchande en Espagne.

Il devait mettre sa compétence commerciale au service de l’ambassadeur. Cet homme de l’ombre était envoyé par le secrétaire d’État de la Marine français, dont il était l’informateur privilégié.

La fonction est occupée par onze individus entre 1702 et 1793, date du rappel du dernier agent,à la suite de la rupture des relations diplomatiques entre la France et l’Espagne.

La maîtrise et la pratique de l’écrit ont donné corps à cette fonction. L’écriture occupait une place centrale dans le travail de l’agent. En effet, ces hommes se devaient de maîtriser des compétences que leur éducation, au sein de collèges, la majorité venant d’une petite noblesse provinciale, et leur expérience professionnelle dans la carrière consulaire ou dans l’administration, leur avaient permis d’acquérir. Ils possédaient donc tous, des compétences juridiques.

L’écriture manifestait la continuité de l’institution et le lien avec le ministre de tutelle. On a retrouvé une importante correspondance, qui représentait aussi un instrument du pouvoir. Ce lien était le bien-fondé de sa fonction et légitimait son action. Mais l’écrit constituait aussi un outil de contrôle qui orientait l’action de l’agent, par la présentation d’instructions dans cette correspondance. Ces documents faisaient figurer la fonction d’informateur de l’autorité de tutelle, mais aussi définissaient les règles du discours épistolaire de ces agents, discours qui se standardisait et se renforçait au cours de la période. Le style d’écriture était un révélateur de la personnalité spécifique de leur auteur et de la conception que chacun avait de sa mission : ainsi ils façonnaient leur fonction.

Grâce à la puissance des mots, l’écrit servait aussi à ces agents généraux pour négocier. Leurs renseignements offraient au secrétaire d’État de la Marine un panorama élargi de la situation du négoce français en Espagne. Ce qui lui permettait de mettre en perspective l’information émise par les différents consuls. L’écrit diplomatique constituait également un outil d’influence politique en Espagne. Les agents généraux déployaient ainsi leurs réseaux afin d’assurer la plus large diffusion possible à leurs écrits au sein de l’appareil d’État espagnol. Cependant, si l’écrit était un outil d’influence, il était aussi un miroir de contraintes. Les écrits des agents généraux pouvaient alors susciter opposition, résistance et aussi rejet.

Il ressort de l’analyse que la pratique de l’écriture ne peut se réduire à l’une des multiples facettes du travail des agents généraux : elle constituait le cœur même de leur fonction et un marqueur institutionnel de premier ordre. Il ne faut oublier également que la création de cette fonction d’agent, est sans équivalent chez les autres nations durant cette période.

Alexandre Burban,
Léandre Carcel,
Gaël Legros
(M1 histoire)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.