Territorialiser les espaces modernes, Europe-Outremer, XVe-XIXe siècle – Première session

Cette rencontre propose une réflexion collective sur les actions, les projets, les figurations et les imaginaires visant à la construction des territoires. Ce phénomène est trop volontiers envisagé comme un simple cadre explicatif ou un élément d’explication globale se suffisant à lui-même. Au contraire, la réalité de ce qu’est le territoire doit être comprise dans un contexte spécifique : celui de l’expansion européenne entre les xve et xixe siècles. On peut le définir le territoire en tant qu’espace qu’un groupe humain s’approprie tout à la fois sur le plan politique et judiciaire, économique et religieux. Il constitue aussi un lieu de construction identitaire et communautaire, dans lequel une histoire commune se fonde notamment sur les pratiques religieuses et la croyance en un destin providentiel partagé. Il est enfin, à l’époque moderne, l’objet d’une institutionnalisation et l’enjeu d’un pouvoir éminent.

Le processus de territorialisation tend alors clairement à se renforcer. La plupart des espaces de l’ancien et des nouveaux mondes européens, se sont dotés très tôt de formes de cohérence. Les catégories traditionnelles du territoire se sont néanmoins trouvées bouleversées sous l’effet des conflits militaires et religieux, des migrations, de la mise en place d’appareils administratifs et de frontières… Ainsi la construction des territoires doit-elle être analysée comme une réalité mouvante et un enchevêtrement, fruit de rapports concurrentiels entre des entreprises d’appropriation et des imaginaires multiples, tant du point de vue géographique qu’à l’échelle des acteurs, collectifs et individuels.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.